Skip to content

Événements

Mucha, maître de l’Art Nouveau

17/11 > 24/03

A travers environ 120 œuvres issues de la Collection de la famille Mucha, l’exposition à l’Hôtel de Caumont met en lumière toute la splendeur et l’évolution du style de Mucha, mélange de mysticisme, de symbolisme, d’identité slave et de beauté.

Organisée en collaboration avec la Fondation Mucha, l’Hôtel de Caumont consacre cette année son exposition d’hiver au grand maître de l’Art Nouveau, Alphonse Mucha (1860-1939). Cet artiste prolifique et visionnaire a révolutionné la perception de l’art de ses contemporains en appliquant son esthétique caractéristique à de nombreux domaines, tels que l’affiche, la publicité, la décoration intérieure et le théâtre Belle Époque.

Né à Ivančice (aujourd’hui en République tchèque), Alphonse Mucha a grandi dans une province slave de l’empire austro-hongrois ; il arrive à Paris en 1887, après avoir reçu une formation formelle à l’Académie des Beaux-Arts de Munich. C’est durant ces années de sa jeunesse qu’il développe une conscience politique engagée qui porte notamment sur l’affirmation de l’identité des peuples slaves. A Paris, où le mysticisme fin de siècle fascine les milieux artistiques, Alphonse Mucha devient le grand affichiste que l’on connaît, grâce à sa rencontre providentielle avec la “divine” Sarah Bernhardt. Salué par le “tout Paris” et internationalisé, le phénomène Mucha devient une figure majeure de l’esthétique Art nouveau, caractéristique de l’époque. Cependant, les véritables ambitions de l’artiste étaient bien différentes : Alphonse Mucha, qui se considérait comme un artiste plus engagé, aspirait à créer des œuvres plus nobles afin de mettre son art au service de la fraternité universelle. Franc-maçon actif et ardent défenseur du peuple slave, Mucha a passé sa vie à développer un art qui se voulait “libérateur”, donnant à son œuvre une saveur tchèque, slave et humaniste.

L’objectif de cette exposition est de montrer non seulement comment l’œuvre de Mucha, qui conjuguait différentes esthétiques, était fondamentalement engagée dans une cause, mais aussi comment l’usage et l’attrait du beau se sont teintés de symbolisme et de mysticisme tout au long de sa carrière. Mucha, pour qui l’art est universel, a tenté d’affirmer ses intentions artistiques dans son travail. Outre l’évolution du style graphique de Mucha et l’inspiration mystique de son langage visuel, l’exposition s’intéresse à la pensée engagée de l’artiste comme élément constitutif de ses œuvres caractérisées par la beauté et l’harmonie.

A côté des œuvres les plus appréciées de l’époque, montrant que Mucha fut l’un des principaux représentants de l’Art nouveau (comme les fameuses affiches publicitaires, dont celles réalisées pour Sarah Bernhardt, et les célèbres panneaux décoratifs), vous pourrez admirer les peintures de l’artiste, rarement montrées, à travers une interprétation symboliste et allégorique. L’exposition dévoile également son travail photographique méconnu, tant dans son atelier du Paris fin de siècle qu’à travers les photographies documentaires et les mises en scène qu’il réalise dans le cadre de ses recherches pour sa série de peintures monumentales honorant l’histoire de son peuple, l’épopée slave .

Commissaire de l’exposition : Tomoko Sato, conservatrice
de la Fondation Mucha

Mucha, maître de l’Art Nouveau
L’adresse ici
Aix-en-Provence, 13100
Tél. : +33 (0)4 42 16 43 71
Web : https://www.caumont-centredart.com/